En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Arts Plastiques

Des tissus, des motifs, de la peinture

Par CYRILLE BRET, publié le mardi 30 juin 2015 10:01 - Mis à jour le mardi 30 juin 2015 10:01

Parmi les peintures, on distingue celles où on ne voit pas la chaise (les vêtements recouvrent les chaises), celles où on ne voit que la chaise, celles où on voit la chaise et « autour », et celles où on ne voit que des couleurs. « Autour » de la chaise, on a souvent représenté un arrière plan.

Avec la peinture, c'était difficile de dessiner, il faut un pinceau fin et des gestes précis. Les chaises étaient compliquées à représenter : leurs courbes, leur volume, les détails. La peinture ne s'efface pas, il faut repasser plusieurs fois : on peut travailler par couches. Il fallait faire des mélanges pour fabriquer les couleurs. On peut faire les mélanges sur la palette ou directement sur la feuille. On peut aussi trouver des couleurs par hasard : les mélanges sont parfois aléatoires. On peut aussi mettre plus ou moins d'eau pour diluer la peinture, elle devient plus transparente, on peut donc passer une couche transparente : un glacis. Si on met beaucoup de peinture, la couche est épaisse : on peut graver avec le dos du pinceau, jouer avec les « pâtés » de peinture , les empâtements. Dans la peinture, on voit les traces du pinceau : on devine les gestes du peintre aux formes des touches.

Dans certaines peintures, on ne sait pas où poser les yeux, toutes les couleurs témoignent de nos goût. « Ce ne sont pas des images, c'est de la peinture ». Dans d'autres travaux au contraire, les feuilles sont moins remplies, on reconnaît bien la chaise, la salle, ce sont plutôt des images. Les peintures se situent donc entre une peinture sans dessin, qui offre surtout une surface colorée à observer – un espace pictural – et une image construite avec une perspective, plusieurs plans – un espace figuré.

Les mots clefs :

La peinture : touches, couches, transparence, glacis, empâtement, graver, mélange aléatoire, fascination de la pâte.

L'image : représenter, arrière plan, espace pictural, perspective, espace figuré, abstrait, figuratif.

 

 

 

 

 

 

Pierre Bonnard, Café, peinture à l'huile sur toile, 73x106 cm, vers 1935, Londres, Tate gallery.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Henri Matisse, La table aux aubergines, 1911, détrempe sur toile, 212x246 cm, musée de Grenoble.


 

 

 

 

 

 

Nicolas de Stael, Les Toits, 1952, peinture à l'huile sur isorel, 120x180 cm, Paris, Centre G. Pompidou et détail en vue rasante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude Viallat, Hommage à Manet, peinture sur papier peint, 295x318 cm, 1982, Paris, Centre G. Pompidou.

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1